Magazine sur la vie en Israël

L’ombre de la guerre des prix plane sur la Semaine du livre hébraïque en Israël

dans Entre les Lignes

En Israël, les librairies indépendantes sont dans une situation particulièrement difficile. Steimatzky et Tzomet, les deux chaînes nationales qui dominent ce petit marché, dictent leurs conditions aux éditeurs et mènent une lutte si féroce en matière de tarifs que le prix de vente des ouvrages vendus dans leurs enseignes est parfois inférieur au prix d’achat consenti aux petites librairies. Ces dernières, de même que les éditeurs et, par voie de conséquence, les auteurs sont à la merci de ces deux poids lourds et pâtissent cruellement de la situation. Les droits d’auteur sont très bas et seuls les écrivains les plus connus, avec une renommée internationale, arrivent à vivre de leur plume. Le marché du livre hébraïque est petit et le nombre de lecteurs restreint. Il n’empêche que l’année dernière 6 000 nouveaux livres ont été publiés en Israël, dont 89 % en hébreu. A titre de comparaison, sur le marché allemand du livre, qui est le troisième plus important au monde, on recense environ 100 000 nouvelles parutions par an.

Cette année, la Semaine du livre hébraïque débutera le 6 juin. Des stands, des lectures, des dédicaces et d’autres actions sont prévus dans les galeries marchandes et sur les places publiques. Avant même cet événement, 270 auteurs, dont David Grossmann et Amoz Oz, ont décidé d’agir en exigeant de Limor Livnat, ministre de la Culture et des Sports, une régulation du prix des livres et des droits d’auteur. Cette revendication est récurrente, mais elle a peu de chances d’aboutir.  En Europe, le dossier fait l’objet de débats réguliers : en mars dernier, les électeurs suisses ont refusé la réintroduction du prix imposé. L’Allemagne et d’autres pays européens appliquent la politique du prix unique, mais les discussions portant sur la régulation du marché sont fréquentes. Une bonne nouvelle cependant : le marché du livre hébraïque connaît une croissance annuelle constante. Les Israéliens sont en effet de gros lecteurs.

Autres informations :

Chiffres du marché israélien du livre (en anglais), Ynetnews.com, 01.06.12
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4236153,00.html

Le peuple du livre bon marché, Jüdische-Allgemeine.de, 31.05.12
http://www.juedische-allgemeine.de/article/view/id/13126

Authors battle bookstore-giants (en anglais), Ynetnews.com, 22.05.12
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4232102,00.html

Le prix imposé ne fait pas l’unanimité – Handelsjournal.de, 14.05.12
http://www.handelsjournal.de/markt/verkauf/4560–kaufen-und-lesen.html

Plus de Entre les Lignes

La statuette est maintenant exposée dans le Musée d’Israël à Jérusalem (photo : Musée d’Israël, Laura Lachman)

Qui est ce roi ?

Les archéologues n’ont toujours pas identifié la statuette d’une tête couronnée trouvée
En Haut