Magazine sur la vie en Israël

Un chef d’orchestre dansant pour le philharmonique de Tel-Aviv

dans Culture & Sports/Entre les Lignes

La semaine dernière, on a appris que le pianiste et chef d’orchestre israélien Lahav Shani succéderait l’année prochaine à Zubin Mehta comme directeur musical du philharmonique de Tel-Aviv. Samedi soir, Lahav Shani a donné un aperçu de ses talents. L’orchestre interprétait des œuvres du répertoire de Bach, Bartok et Chostakovitch. Lahav Shani est un chef d’orchestre d’une grande vitalité, qui donne l’impression de danser lorsqu’il dirige d’une main de maître son orchestre tant ses mouvements sont amples.

Agé de seulement 29 ans, Lahav Shani est considéré comme l’un des très grands talents du monde de la musique classique. En 2013, il gagna le célèbre concours international de direction Gustav Mahler de Bamberg. Plusieurs années auparavant, il s’était déjà régulièrement produit comme pianiste sous la direction de Zubin Mehta qui lui conseilla d’ailleurs d’aller se perfectionner à l’étranger. Lahav Shani étudia alors à l’académie de musique Hanns Eisler de Berlin et Daniel Barenboïm le prit sous son aile. Depuis cette année, il est également le chef attitré de l’orchestre de Rotterdam.

L’annonce du remplacement de Zubin Metha (81 ans) par le jeune Lahav Shani fut une véritable surprise. Nous sommes face à un changement de génération qui apportera non seulement un vent nouveau à l’orchestre philharmonique mais aussi un dirigeant qui danse en maniant la baguette.

Le jeune Lahav Shani sera le nouveau chef d’orchestre attitré du philharmonique de Tel-Aviv (photo : Marco Borggreve)
Le jeune Lahav Shani sera le nouveau chef d’orchestre attitré du philharmonique de Tel-Aviv (photo : Marco Borggreve)

Autres informations :
Biographie de Lahav Shani (en anglais), Intermusica Management
https://www.intermusica.co.uk/artist/Lahav-Shani

Plus de Culture & Sports

La statuette est maintenant exposée dans le Musée d’Israël à Jérusalem (photo : Musée d’Israël, Laura Lachman)

Qui est ce roi ?

Les archéologues n’ont toujours pas identifié la statuette d’une tête couronnée trouvée
Petit plus : la surprise qui se peint à chaque fois sur le visage du vendeur de shawarma ne cesse de m’enchanter.

L’or des Irakiens 

E‘hha amba shela‘hem ? – Ce qui pourrait sonner comme une déclaration
En Haut