Centre pour l’autisme en Israël : le diagnostic précoce est vital

dans La Suisse en Israël/Rapport mensuel/Sciences & Médecine

En Israël, le centre Mifne s’est spécialisé dans le diagnostic et le traitement de l’autisme chez les jeunes enfants. Les travaux de recherches de sa fondatrice, le Dr Hanna Alonim, ont permis de réfuter de nombreux mythes liés à cette maladie et de développer une approche thérapeutique entièrement nouvelle.

Par Zo Flamenbaum

La première pensée qui vint à l’esprit du Dr Hanna Alonim à la vue d’enfants de six ans bourrés de médicaments et attachés à leur lit fut : „il doit y avoir un autre moyen“. C’était dans les années 80. A cette époque, Hanna Alonim, qui obtint ultérieurement un doctorat en psychologie, travaillait avec des enfants censés être sourds. C’est là qu’elle découvrit que les enfants n’étaient pas du tout sourds mais autistes. Il s’agit d’enfants qui intègrent les informations et réagissent au monde de manière différente. L’autisme est un trouble complexe du développement qui se caractérise par une interaction sociale déficiente, qui altère les capacités de reconnaissance des expressions, des codes sociaux et affectifs, qui génère une hypersensibilité émotionnelle et des troubles du comportement. Le Dr Alonim étudia le sujet de manière approfondie et fit des découvertes révolutionnaires.

Le traitement inclut toute la famille

La première approche thérapeutique, qui remonte à l’année 1943, prévoyait de retirer l’enfant à sa famille. Le Dr Alonim estime au contraire qu’un enfant avec des problèmes de communication a d’autant plus besoin de sa famille. Par ailleurs, cette maladie ayant une influence sur tous les membres de la famille il est crucial pour la famille de comprendre et de développer la relation avec son enfant autiste.

C’est pourquoi le Dr Alonim emprunta une voie différente dans son centre „Mifne“ créé en 1987. C’était le premier centre au monde à inclure la famille dans la thérapie. En outre, l’âge d’entrée au centre pour la thérapie a été d’emblée nettement inférieur à celui dans les autres centres pour autistes.

Le centre Mifne à Rosh Pina en Israël (Photo : presse)
Le centre Mifne à Rosh Pina en Israël (Photo : presse)

En Israël, environ un enfant sur 100 est diagnostiqué autiste. Aux Etats-Unis, le chiffre est d’un enfant sur 64. Souvent, le diagnostic est seulement posé quand l’enfant a atteint l’âge de 5 – 6 ans, ce qui est trop tard d’après le Dr Alonim. Des dizaines d’années de recherche confirment son jugement. Plus l’enfant est dépisté tôt, meilleures seront ses chances d’avoir une vie „normale“. Le patient le plus jeune que le Dr Alonim ait jamais traité avait cinq mois. Aujourd’hui, c’est un adolescent actif et en pleine santé. Souvent, l’autisme est diagnostiqué tard car, la maladie étant considérée comme incurable, les médecins ne voient pas d’urgence au dépistage.

Les chances de guérison sont d’autant meilleures que le dépistage est précoce

En 1997, l’équipe de recherche du centre Mifne, des experts dans les domaines de la médecine, de la psychologie, de la psychothérapie et de la thérapie familiale, ont démarré une étude à long terme (sur dix ans) avec 110 familles. „Quand avez-vous constaté que votre enfant était différent des autres enfants ?“ La plupart des parents répondirent qu’ils avaient fait cette constatation aux alentours du premier anniversaire de l’enfant. L’équipe de recherche commença par ailleurs à analyser des vidéos privées d’enfants diagnostiqués autistes à trois ans et les chercheurs constatèrent que 89 pour cent des parents avaient remarqué les symptômes bien après leur apparition, soit parce qu’ils ne savaient pas de quels symptômes il s’agissait, soit parce que les médecins leur avaient dit qu’il fallait attendre et voir comment les choses évolueraient.

Or, un diagnostic tardif a un impact négatif à la fois sur l’enfant et sur toute la famille. En revanche, si les parents constatent les symptômes dès la première année, le trouble du développement de l’enfant a de bien meilleures chances d’être soigné ce qui permet d’influencer le développement cérébral de l’enfant. En effet, même si notre cerveau se développe et se modifie constamment, les deux premières années de notre vie déterminent notre personnalité et nos facultés d‘apprentissage. Jusqu’à 18 mois environ, de nouvelles chaînes neuronales peuvent se former plus facilement et les études ont montré que les chances de guérison chez les enfants de un à deux ans sont de 88 pour cent alors qu’elles tombent à 36 pour cent chez les enfants de deux à trois ans.

Une thérapeute au centre Mifne (Photo : presse)
Une thérapeute au centre Mifne (Photo : presse)

Comment les parents peuvent-ils mieux reconnaître si leur enfant présente des signes d’autisme ? Le Dr Alonim a développé un outil de diagnostic appelé ESPASI Screening Scale qui permet d’identifier la maladie dès la première année de vie de l’enfant. Publié en 2011, ce Screening Scale est utilisé non seulement en Israël mais également aux Etats-Unis et en Europe. Parmi les signes alarmants, il faut noter une passivité anormale (l’enfant ne pleure pas, il bouge peu et ne s’intéresse pas à son environnement) et le fait que l’enfant évite les contacts visuels.

La méthode Mifne

Le centre Mifne dans la pittoresque bourgade de Rosh Pina au nord d’Israël est spécialisé dans le traitement des enfants jusqu’à l’âge de deux ans et de leur famille. Les patients du monde entier sont les bienvenus. Le traitement, qui dure trois semaines, se concentre sur toute la palette du développement de l’enfant au moyen de la thérapie par le jeu réciproque (Reciprocal Play Therapy) pour améliorer l’aptitude de l’enfant à communiquer et à interagir avec son environnement dans une atmosphère de plaisir et de curiosité. Pour chaque traitement, plusieurs thérapeutes se concentrent sur un enfant, ce qui explique l’intensité du processus, l’objectif étant d’intégrer ensuite des composantes de la thérapie dans le quotidien de la famille.

La contribution apportée par le Dr Alonim et son équipe à l’étude et au traitement du mystère que représente l’autisme est inestimable. Le Dr Alonim voyage dans le monde entier pour enseigner et partager ses remarquables découvertes. En 2001, elle a fondé la Therapists Training School for Autism in Infancy à l’université Bar Ilan et le centre Mifne établit actuellement des centres de traitement aux USA, à Londres et en Roumanie. La Mifne Swiss Foundation, créée en 1990 par le Dr Ernst Braunschweig et dont le président en exercice est le Dr Eric Teitler, a permis d’ouvrir un centre de traitement en Suisse. Grâce au soutien de cette fondation, il est ainsi possible d’améliorer la vie des enfants et des familles touchés par l’autisme.

Emission à la télévision israélienne sur le travail du centre Mifne (en anglais)
https://youtu.be/ug7fxAidpmE

Repris de notre site anglais et traduit par Jeannette Milgram.
http://israelbetweenthelines.com

Autres informations :
Site Internet du centre Mifne (en anglais)
http://mifne-autism.